SOUTH AFRICA IN APARTHEID AND AFTER

SFMOMA

1er Décembre – 5 Mars 2013

Une magnifique expo-photos qui réunit des oeuvres de David Goldblatt, Ernest Cole et Billy Monk.

 

 

Quelques mots sur les 3 photographes présentés au SFMoma...

 

David Goldblatt

Photographe, né en 1930 en Afrique du Sud, au sein d’une famille d’origine Lituanienne, David Goldblatt n’a eu de cesse de mettre en image la société, les gens, la terre, les paysages de son pays. Il en a ainsi révélé toute la complexité tant au temps douloureux de l’apartheid qu’à celui qui a succédé au régime ségrégationniste.

 

Ernest Cole

Né en 1940 dans le très symbolique Prétoria, Ernest Cole est devenu le premier photographe freelance noir sud africain. Il y est parvenu bien qu’il ait été obligé de quitter l’école en 1953 quand le Bantu Education Act fut mis en place. Il quittera l’Afrique du Sud en 1966 et réalisera son projet sur l’Apartheid notamment sous la forme d’un livre House of bondage, qui sera d’ailleurs banni en Afrique du Sud. Nombreuses de ses photos furent reprises par l’ANC pour soutenir son action politique et sociale. Ernest Cole est décédé d’un cancer en 1990 à New York.

 

Billy Monk

Videur dans les années 60 at the Catacombs, un nightclub remuant de Cape Town, Billy Monk se rendra célèbre pour les photos prises à cette époque qui révèlent encore une autre facette de la société sud africaine.

 

 

L’exposition met en avant l’oeuvre de David Goldblatt. C’est à sa demande que des photos de Ernest Cole et Billy Monk ont été ajoutées pour finalement former un ensemble très particulier et nous offrir une perspective en triptyque.

 


  

On commence avec des clichés de David Goldblatt essentiellement dans les années 80. Il s’agit notamment de son projet In Boksburg (1982) qui présente une communauté blanche de banlieue, projet que l’artiste a appelé "white dreams and white proprieties." C’est exactement cela : photos noir et blanc (cela dit) pour des images plutôt inattendues.

 


 

On enchaine ensuite avec les photos souvent très dures de Ernest Cole qui surprennent et capturent les injustices, les harcèlements, la douleur et la misère. On est toujours dans le noir et blanc, et en plein coeur des années 60.

 

 


 

On continue avec les Catacombes de Billy Monk. Encore une autre facette du tableau, complètement imprévisible, la vie, la nuit, à Cape Town, une vie cachée délurée.

 

 

On finit avec la couleur sur des photos de David Goldblatt de nouveau. On ne vous dit rien sur les portraits réalisés pour vous laisser vous faire une idée par vous-mêmes.

 


 

 

Cette exposition est extrêmement émouvante et perturbante.

 

Perturbante car trop de photos nous font penser aux Etats Unis de la ségrégation, perturbante parce que les parallèles avec les camps sont évidents et choquants, perturbante parce que cette violence et cette injustice semblent si lointaines alors que la chute du régime ségrégationniste n’a pas encore 20 ans, perturbante parce que, malgré la fin de l’apartheid, les séquelles de cette période sombre sont tellement fortes et douloureuses.

 

Mais elle est émouvante aussi car des touches optimistes apparaissent, émouvante car elle nous offre une vision sincère où il n’est pas question de voyeurisme ou d’exhibitionnisme, émouvante enfin car ces 3 artistes font partie intégrante du tableau et nous offrent un regard de l’intérieur, et le fait d'appartenir à cette société insensée leur donne finalemment un recul qui procure toute leur force à leurs photos.

 

Autant vous dire qu'on a aimé cette exposition, que l'on vous recommande éventuellement d'y aller avec les kids et d'y prendre le temps de la réflexion.

 

 

 

SOUTH AFRICA IN APARTHEID AND AFTER

SFMOMA

1er Décembre – 5 Mars 2013

SFMOMA's webiste

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo credits dans l'ordre de l'article:

 

Ernest Cole, Every African must show his pass before being allowed to go about his business. Sometimes check broadens into search of a man's person and belongings., 1960–1966; gelatin silver print; 8 11/16 x 12 5/8 in. (22 x 32 cm); Courtesy of the Hasselblad Foundation, Gothenburg, Sweden; © The Ernest Cole Family Trust

 

David Goldblatt, Before the fight: amateur boxing at the Town Hall., 1980; gelatin silver print; 10 in. x 14 3/4 in. (30 x 40 cm); Courtesy of the artist and Goodman Gallery, South Africa; © David Goldblatt

 

Ernest Cole, Africans throng Johannesburg station platform during late afternoon rush., 1960–1966; gelatin silver print; 8 11/16 x 12 5/8 in. (22 x 32 cm); Courtesy of the Hasselblad Foundation, Gothenburg, Sweden; © The Ernest Cole Family Trust

 

Billy Monk, The Catacombs, 21 November 1967, 1967, printed 2011; gelatin silver print; 15 x 10 in. (38.1 x 25.4 cm); Collection SFMOMA, Accessions Committee Fund purchase; © Estate of Billy Monk

David Goldblatt, Willem Voster with friends, family, home and garden, Merweville, Western Cape. 2 March 2009, March 2, 2009; inkjet print; 43 11/16 x 159 7/16 in. (111 x 405 cm); Courtesy of the artist and Goodman Gallery, South Africa; © David Goldblatt


David Goldblatt, Meeting of the worker-management Liaison Committee of the Colgate-Palmolive Company, 1980; gelatin silver print; 19 11/16 x 19 11/16 in. (50 x 50 cm); Courtesy of the artist and Goodman Gallery, South Africa; © David Goldblatt