LES PAS PERDUS

Nous sommes allés voir Les Pas Perdus au Théâtre du Lycée Français. Très belle prestation de la D-Boussole qui jongle joliment entre l'humour et le drame.

 

 

 

La pièce, on entre dedans, tranquilles avec une belle musique de film, qui vous reste dans la tête (faudra penser à demander d'où elle sort!) et les acteurs qui circulent, qui courent, qui hésitent, qui repartent... Ensuite, côté musique... Johnny (vous ferez comme si on ne vous l'avait pas dit!), Dalida (Pareil on ne vous a rien dit!), et la ''spécial dédicace'' d'Augustine... On ne dit rien pour celle-là. On reste bluffée car on est plutôt très sérieusement fan de et on ne connaissait pas...

 

Avec les personnages des Pas Perdus et leurs bribes d'histoire, on a envie de rire puis soudainement de pleurer. On exulte aux échanges de Maud et Augustine: pas facile de passer de Quoi ma gueule! au récit des hommes pyramides et d'écouter des histoires d'hommes sérieux. On se perd gentiment à Bruges, plus tragiquement dans une quête d'identité, on sourit au pays imaginaire, on compatit aux 2 clochards bavards et philosophes, on pleure la femme condamnée, ange émouvant blond platine ... et surtout, on aime la vieille dame, sorte de doux Droopy, qui de sa voix aux intonations chantantes, nous parle d'amour fou et d'attente à la fois résignée et optimiste.
La mise en scène est fluide. On vous l'a dit. Ça circule, ça coure, ça virevolte, ça reste assis, ça observe.

Un détail enfin qui nous a plu: il y a un fil rouge et... il est rouge! On vous laisse aller vérifier.

 

 

La pièce de Denise Bonal, mise en scène ici par Frédéric Patto avec la troupe de la D-Boussole nous raconte donc une gare, ses voyageurs, les adieux et les retrouvailles, les grandes et les petits tracas des départs et des arrivées, les amoureux des bancs publics, tout le microcosme bouillonant enfermé le temps de quelques heures dans l'espace métaphorique de la gare.

 

Vaste huis clos que cette gare avec ses personnages parfois drôles, parfois pathétiques qui courent après le temps qui file.

 

Nous sommes de plus en plus nombreux dans la compagnie et je cherchais une pièce où tout le monde aurait un rôle important. Après de nombreuses hésitations et lectures d'autres pièces j'ai finalement choisi celle-là. Les personnes qui nous connaissent ne nous attendent pas sur ce registre et vont être agréablement surpris, dixit Frédéric Patto lui-même. Nous confirmons ses dires!

 

 

Les pas perdus

Du 7 au 10 mai 2014

En Français uniquement

Pour acheter vos billets