La galerie 836M met l’artiste français Jean-Michel Othoniel à l’honneur à San Francisco

Jean-Michel Othoniel était à San Francisco pour l'inauguration de la Rose des Vents au Conservatory of Flowers et de son oeuvre Peony, The Knot of Shame à la galerie 836M.

 

Emma est allée écouter l'artiste français à la réputation internationale. Elle vous raconte Versailles, ses jardins, le bosquet, les fontaines... mais aussi la nouvelle fleur dorée du Golden Gate Park et l'oeuvre magistrale exposée à la galerie 836M jusqu'au 14 janvier 2016. 

 

Et si Versailles vous était conté…

le temps d'une exposition, le temps de découvrir à 12000 kilomètres l'aventure qu'a été celle de Jean-Michel Othoniel, artiste francais, à qui a été confié, en collaboration avec le paysagiste Louis Benech, la réalisation du Bosquet du Thêatre d'eau à Versailles, inauguré au printemps dernier et qui déjà ravit le public qui se presse à raison de plus de 10000 visiteurs par jour.

 

Nous avons rencontré et surtout écouté, l'artiste nous conter son histoire et celle de Versailles mêlées pour toujours…Revenons sur les faits et quelques siècles en arrière. Louis XIV fait réaliser par son jardiner Lenôtre un bosquet, avec scène de thêatre et fontaines pour la représentation de ses pièces et danses  baroques. Le dit bosquet sera détruit ou presque par son petit fils Louis XVI et traversa les siècles, jusqu' à être rasé par la tempête de 1999… Fermé au public depuis lors, un appel d’offre international a été lancé pour sa réhabilitation et re- création. Ce sera après plus de 150 dossiers et projets proposés, qu’un jury de 60 personnes hautement qualifiées retiendra celui du tandem Benech-Othoniel.

 

Jean-Michel Othoniel, The Beautiful Dances, Versailles 2015
The Rigaudoon of Peace (detail)
Fountain sculptures for the Water Theater grove, 
Gardens of the Palace of Versailles
Photo: Philippe Chancel

 

  

4 années en tout de recherches et travaux.

Jean-Michel Othoniel réalisera donc 3 fontaines dans ce nouveau Jardin où les scènes seront remplacées par des bassins d'eau.

 

Othoniel alors prépare, cherche, lit, découvre, re-découvre la vie des jardins de Versailles, se documente sur les Jardins du Roi Soleil et sa volonté d'en faire un jardin d’apparat, utile à la démonstration de sa puissance et de sa culture …

 

Trouver un axe, trouver l'inspiration, qui permettront à l'artiste de mettre son art au service du projet et de l'Histoire. Othoniel découvre que Le Roi Louis avait fait reproduire les pas de ses danses favorites baroques. Il découvre sur Internet une photo qui met en parallèle les buissons taillés à la Française de Lenôtre  et ces dits  pas de danses reportés sur un cahier.

 

Il ne reste que 3 copies de ses carnets et par chance il a pu s'en procurer un pour consulation. Voilà. Il  peut se lancer. Prendre sa palette et reproduire en aquarelles, tout ce qu'il imagine précisément dans son imaginaire d'artiste.

 

Depuis toujours Othoniel s'intéresse au corps, au mouvement. Depuis la fin des années 90, il se tourne vers le verre… Depuis sa résidence à la villa Medicis, l'artiste aime travailler ce matériau qu'il découvre à Murano, mais aussi dans l'est de la France. Il aime également  travailler à l'extérieur et composer avec la nature. C'est donc naturellement qu'Othoniel dessine et imagine 3 fontaines, en perles de verres, dorées, qui souffleront l'eau de Versailles pour retomber en pluie de gouttes d’eau et donneront mouvement et légèreté : 3 fontaines pour 3 danses.

 

Othoniel doit alors s'entourer de spécialistes nécessaires à la réalisation de ce projet monumental. C’est là que l’artiste doit traduire ses aquarelles sur le plan réel. Une équipe technique d’ingénieurs, d'artisans verriers, de collaborateurs aux savoir-faire multiples sera réunie. Au total, plus de 60 personnes seront sollicitées.

 

Des fontaines comme des pas de danses en volumes, des jets courbes, des calculs savants réalisés à la main en collaboration avec les maitres - fontaine de Versailles, un mois d'ajustement dans les bassins pour que les fontaines trouvent leur puissance et toute leur élégance naturelle.

 

Pendant que le bosquet retrouve ses arbres, sa végétation, Othoniel propose une oeuvre tout en subtilités, en transparence, en jeu de reflets, où la danse sera belle de nuit comme de jour, en été comme en hiver, de bruits d'eau comme muette.

 

Louis Benech a fait appel à lui parce que lors d'une visite d’une exposition à Beaubourg, il a été touché par le fait que les enfants étaient très réceptifs devant les sculptures  exposées de l'artiste. Othoniel crée ce lien entre la jeunesse et la fraicheur, l'accessibilité à l'oeuvre. L'eau crée la joie et tout semble être là depuis toujours et le sera de fait, pour toujours.

 

C'est aussi cela qui intéresse Othoniel. Il aime travailler sur l'histoire des choses. Il ne se reconnait pas comme un artiste de rupture mais plus comme un artiste de la continuité. L'art contemporain comme un lien entre le passé, le présent et le futur.

 

Le futur. Comment l'envisager quand on devient le seul artiste contemporain exposé de façon pérenne à Versailles ? Justement par la continuité de projets différents qui naissent, par les voyages, par la création qui porte plus loin et qui met ce que l'on a réalisé quelque part dans la mémoire de l'artiste qui presque oublie pour mieux re-créer.

 

 

À San Francisco, 2 lieux pour découvrir 2 oeuvres magistrales

 

À San Francisco, deux lieux vont pouvoir vous donner l'occasion de découvrir ou re-découvrir le travail de Jean-Michel Othoniel

 

Photo: Mo DeLong 

 

À la galerie 836M tout d’abord, vous pourrez découvrir ses aquarelles de Versailles, le livre digital qui relate toutes les phases de la création à la réalisation et ainsi, par la magie technologique, voir sur écran le projet s'animer.

Vous pourrez également découvrir dans la galerie une oeuvre immense représentant une fleur, Peony, The Knot of Shame, qui permet de mieux comprendre l'inspiration de l'artiste par la mise en perspective de son travail actuel et de celui réalisé à Versailles. L'oeuvre fait référence au poème de Brenda Shaughnesy, poème dont l'exubérance érotique serait transcendée dans cette magnifique et flamboyante sculpture.

 

 

 

Et vous l’avez déjà peut être remarquée, devant le Conservatory of Flowers au Golden Gate Park : la ROSE DES VENTS. Installée pour quelques mois et officiellement inaugurée le 26 septembre 2015. Une oeuvre réalisée et exposée au printemps dernier au Isabella Stewart Gardner Museum à Boston, une sculpture qui trouve naturellement sa place parmi les parterres de fleurs (L'équipe en charge des jardins du Conservatoire a d'ailleurs attendu que la Rose des Vents soit installée pour ensuite mettre en place le parterre. Splendide!), qui se met en mouvement avec le vent, et qui semble elle aussi, être là depuis toujours …et pour …toujours ? Secret espoir qui ferait mentir Ronsard.

 

Contribution : Emma Serroy - Leaf

 

 

 

OTHONIEL À SAN FRANCISCO

#[email protected]

#[email protected]

836M Gallery - 836 Montgomery Street

the Conservatory of Flowers - 100 John F Kennedy Drive 

Du 26 septembre 2015 au 14 janvier 2016.

Free

www.836m.org

 

 

Articles liés

BANKSY IN SF

Banksy en général, c'est toute une histoire! Banksy in SF aussi. Son Haight Street rat au béret étoilé revient faire un tour par ici. Lire la suite.