En ce moment au SFMOMA : 2 expos photos à ne pas rater

En attendant Magritte, ou pendant Magritte, ou juste pour le plaisir d'aller au SFMOMA, nous vous recommandons 2 expos photos qui nous ont touchées lors de notre dernière visite au musée.

 

 

 

The Train

RFK's Last Journey

Jusqu'au 10 juin 2018

 

 

Le contexte:

Le 8 juin 1968, 3 jours après l'assassinat de Bob Kennedy, son corps fut transporté en train funéraire depuis New York jusqu'à Washington, pour être enterré au cimetière d'Arlington.

 

 

L'expo elle-même:

The Train aborde cette journée historique au travers de 3 approches artistiques distinctes. La 1ère réunit les photos prises par Pierre Fusco depuis le train lui-même. Il capture dans ses clichés la foule venue en masse ou clairsemée, pour rendre un dernier hommage à Bob Kennedy. La seconde est le fruit du travait de l'artiste néerlandaise Rein Jelle Terpstra qui a collecté des photos et films pris par les gens de cette foule, inversant ainsi le regard sur cet événement. Enfin, la 3ème et dernière approche est celle de l'artiste français Philippe Parreno qui a réalisé un film en 70mm, s'inspirant des clichés originaux de Paul Fusco.

 

 

Nos impressions...

 

The Train, que l'on doit à Clément Chéroux - Senior Curator of Photography au SFMOMA depuis un peu plus d'un an - et son équipe, est une exposition dont la relative brièveté n'empêche pas la puissance émotionnelle.

 

Elle nous ramène finalement peu de temps en arrière, 50 ans, à une journée sombre qui nous rappelle que, dans un pays moderne et développé comme les US, on pouvait être un homme politique et mourir pour ses idées.

 

Cette approche en 3 volets nous fait aussi cheminer sur différentes émotions. Avec Pierre Fusco, on regarde les gens, ceux qui y étaient, dans les yeux, et l'on voit leur profond désarroi, leur tristesse et leur chagrin, mais aussi leur gratitude et leur reconnaissance.

 

Avec Rein Jelle Terpstra, c'est un  peu comme regarder un vieil album de famille, avec les clichés dont les couleurs s'effacent déjà. Et c'est effectivement, un album de famille, lointain et chargé de douleur et de chagrin.

 

Enfin, avec Philippe Parreno, le passé s'anime et nous rattrape. On y est, on le vit même si l'on est spectateur. Et l'on ressort comme un peu groggy, mais avec ce sentiment d'avoir eu comme un privilège décalé, celui de, nous aussi, rendre en quelque sorte notre propre hommage à Bob Kennedy.

 

 

 

Selves and Others

Gifts to the Collection

from Carla Emil and Rich Silverstein

 

Jusqu'au 23 septembre 2018

 

Le contexte:

Les oeuvres exposées sont issues des nombreux et généreux dons de Carla Emil and Rich Silverstein au SFMOMA depuis le début des années 90.

 

 

L'expo elle-même:

L'exposition réunit des portraits en tout genre, des auto-portraits, des portraits de personnes réelles ou d'avatars, des portraits de personnes de la famille, d'amoureux, d'amants, d'amis, mais aussi d'étrangers. La chronologie des oeuvres s'étale depuis le XIXème siècle jusqu'à aujourd'hui. Et parmi les artistes réunis, on trouve Claude Cahun, Rineke Dijkstra, Man Ray, Cindy Sherman, Gillian Wearing, Sophie Calle...

 

 

Nos impressions...

 

On est tombé sous le charme de Selves and Others. Au fil des pièces, on se laisse prendre au récit de certaines histoires personnelles (Celle de Sophie Calle vaut la photo et son commentaire !), on est pris de curiosité par les détails apportés à la mise en scène des portraits, on est touché par certains désarrois, certaines peines, et toujours (ou presque - le portrait de Bjork par Matthew Barney étant... de dos et Sophie Calle étant ... de profil.), le regard de ces personnes proches ou lointaines dans le temps, nous agrippe avec une force et une immédiateté déroutantes. Et la dernière salle est vraiment surprenante. Difficile de la quitter. #spoilalert... non, je ne dis rien, pour vous laisser le plaisir de la découverte.

 

 

 

 

En ce moment

@ the SFMOMA

Plus d'infos sur le site du Musée.